Communiqué de presse

suite à un reportage abracadabrant de BFM TV

La Fédération Pédagogie Steiner-Waldorf s’insurge de la présence de M. Perra, invité sur le plateau de BFM “parce qu'[il a] grandi dans une école Steiner” dans une émission, diffusée le 15 décembre dernier et consacrée au jeune Anglais retrouvé déscolarisé récemment en France, plusieurs années après que sa mère l’ait enlevé à la garde de sa grand-mère. La raison pour laquelle M. Perra se trouve invité comme témoin n’a aucun rapport avec le thème de l’émission et apporte de la confusion risquant de nuire à la réputation des établissements Waldorf. 


Le plus grand réseau d’écoles indépendantes au monde

Les établissements Waldorf qui s’inspirent de la pédagogie Steiner-Waldorf représentent 1100 écoles et 2000 jardins d’enfants répartis dans le monde entier. A ce titre, ils appartiennent au plus grand réseau d’écoles indépendantes au monde. Ces établissements sont reconnus pour la qualité de l’éducation qu’ils prodiguent, avec une attention particulière portée au respect des étapes du développement de l’enfant et de ses besoins.

Des affirmations mensongères

La Fédération Pédagogie Steiner-Waldorf, qui regroupe les établissements Waldorf en France, conteste avec fermeté les affirmations tenues par M. Perra. 

Leur inexactitude est facile à démontrer, tant ces propos sont contredits par la réalité des faits. 

Au sujet des établissements Waldorf

M. Perra prétend en effet qu’ «une école Steiner, c’est une école qui se présente comme une école de pédagogie alternative, comme Freinet, Montessori, mais c’est pas du tout une école de pédagogie alternative, c’est pas une pédagogie, c’est l’émanation de l’anthroposophie, doncc’est un formatage, en fait profond, des élèves, qui entrent là-dedans, et qui sont sensibilisés pour aller vers le “New Age”, aller vers l’anthroposophie plus tard, de manière discrète, de manière extrêmement habile. » 

Au sujet de l’anthroposophie

Les affirmations de M. Perra au sujet de l’anthroposophie ne correspondent pas non plus à la réalité des faits, quand il assène : “c’est un mouvement transnational, une secte multinationale très puissante”.

Or l’anthroposophie ne correspond à aucun des critères définissant une secte (déstabilisation mentale, rupture avec l’environnement, exigences financières exorbitantes, etc.)

Dans le cadre de la pédagogie Steiner-Waldorf, l’approche anthroposophique est une méthode de travail et d’observation fine des phénomènes, destinée aux pédagogues, et qui n’a pas vocation à être enseignée aux enfants. Cette approche fait l’objet de recherches universitaires qui permettent aux pédagogues de s’adapter aux enfants d’aujourd’hui.

Des carrières très variées et une bonne insertion dans la société

L’accusation de “formatage” des élèves “pour aller vers le New Age… vers l’anthroposophie” ne tient pas plus la route.

Il suffit pour s’en convaincre de voir que très peu d’anciens élèves se consacrent par la suite à l’étude de l’anthroposophie – ou ahèrent au “New Age”, quoi que cela veuille dire…

En revanche, ceux-ci embrassent des carrières très variées : travailleurs sociaux, médecins (dont un prix Nobel), artisans, agriculteurs, écrivains (dont Nancy Huston), ingénieurs, prêtres et moines catholiques, chercheurs universitaires dans une grande variété de domaines, acteurs (dont Jennifer Aniston), secrétaire général de l’OTAN (Jens Stoltenberg), fondateur de l’étude PISA (Andreas Schleicher), ou même “philosophe, blogueur et lanceur d’alerte” auto-proclamé (un cas unique en France, à notre connaissance).

Une définition très fantaisiste des “nouveaux mouvements sectaires”

De plus, comme le fait très justement remarquer l’un des intervenants, Jean-Pierre Brard, ancien membre de l’Observatoire interministériel des sectes:

il ne faut pas “voir des sectes partout, parce que ça aussi c’est dangereux”. (à 22’50) 

Comme mentionné plus haut, il existe déjà des critères pour qualifier les dérives sectaires, dans lesquels les écoles Waldorf ne tombent pas. En revanche, l’émission et les questions de la journaliste semblent définir de façon un peu fantaisiste les “nouveaux mouvements sectaires” comme :

des personnes qui “mangent du potager, font du covoiturage et se déplacent avec des panneaux solaires”. (à 10’57) 

Les établissements Waldorf ne se reconnaissent pas dans cette nouvelle définition saugrenue des dérives sectaires, ou du moins pas plus que le très grand nombre de personnes à qui il arrive de se nourrir de produits issus d’un potager, de faire du covoiturage, ou d’utiliser de l’électricité produite par des panneaux solaires (sans pour autant se déplacer avec ceux-ci).

Des qualités indispensables pour faire face au monde de demain

Dans un article paru récemment dans The Observer, l’actrice internationalement reconnue Tilda Swinton, maman de deux anciens élèves Waldorf, et cofondatrice d’une école Waldorf en Ecosse, expliquait ce que la pédagogie Steiner-Waldorf leur avait apporté :

 “L’autodétermination. La flexibilité. Savoir qu’il est possible de vivre sans écran. La capacité de grimper aux arbres, de fabriquer des objets avec ses mains, de cultiver des aliments, de chanter et de danser avec abandon.

Mes enfants ont eu le privilège de recevoir une éducation Steiner. Je les regarde aujourd’hui, à 26 ans, et je vois deux personnes courageuses et pleines d’entrain, imaginatives, généreuses, joyeuses, justes, ouvertes d’esprit, autodéterminées, démocratiques, adaptables, collaboratives, enracinées, reconnaissantes, gentilles et généralement prêtes à apporter ce qu’elles peuvent pour éclaircir l’horizon”.

 

Toutes ces qualités sont manifestement très précieuses. Au lieu de relayer exclusivement les affirmations du seul “lanceur d’alerte envers les écoles Steiner” de France, BFM devrait offrir aux établissements Waldorf la possibilité de donner une réplique à ce témoignage exclusivement à charge. En effet, comme en témoignent de très nombreux anciens élèves et parents d’élèves, la pédagogie Steiner-Waldorf est à même d’aider les enfants à relever les défis de demain, ce qui constitue une excellente raison de s’y intéresser, mais avec sérieux, équité et rigueur !